Encore un signe que l’industrie de la mode s’oriente vers un fonctionnement plus respectueux de l’environnement : Alexandre de Betak, à la tête de l’agence Bureau Betak, créateur des défilés de mode parmi les plus époustouflants des dernières années, a annoncé qu’il organiserait désormais ses fashion shows dans une logique écoresponsable.

Bureau Betak a en effet reçu début 2020 la certification ISO 20121, une norme internationale pour la gestion d’événements écologiquement responsables. Parallèlement, l’agence a publié ses « 10 Commandements » pour l’organisation de fashion shows eco-friendly. Dans ce document, l’agence cite les gestes essentiels qu’elle s’engage et invite à adopter pour organiser ses défilés.

Réduire l’empreinte carbone des défilés de mode

Bureau Betak promet notamment d’utiliser du matériel recyclé, et de recycler à son tour les éléments des décors installés pour ses défilés, souvent spectaculaires. L’agence est en effet spécialisée dans la création d’événements mémorables. On lui doit par exemple le défilé de la collection automne 2020 de Rodarte dans l’église St Bartholomew à Manhattan, ou celui de la collection printemps-été 2020 d’Yves Saint Laurent place du Trocadéro face à la Tour Eiffel. Il y aussi celui de Jacquemus, organisé fin juin 2019, dans les allées d’un champ de lavande dans les Alpes de Haute Provence.

Alexandre de Betak a affirmé que son agence n’utiliserait plus de plastique à usage unique, par exemple, qu’il mettrait à disposition des fontaines d’eau pour limiter le nombre de bouteilles jetables. Toujours côté alimentation, il prévoit désormais de proposer des repas «responsables » eux aussi, pour limiter tout gaspillage alimentaire.

En février dernier, il a ainsi déclaré au magazine Vogue :

“Notre entreprise s’engage à respecter dix commandements qui prennent en compte le design écoresponsable, réutiliser le plus possible ce que nous créons, upcycler les matériaux et les redistribuer à des associations, le recyclage des déchets, la tolérance zéro plastique. On s’engage aussi dans une restauration responsable et à moins voyager. L’empreinte carbone des déplacements sera calculée pour chaque projet. Enfin, nous contribuons à verser une donation d’1% à la planète”.

L’une des décisions les plus importantes mentionnées dans ces « 10 commandements », est sans doute celle de réduire l’empreinte carbone de chaque événement en limitant les déplacements qui y sont liés.

C’est une démarche audacieuse, dans la mesure où l’industrie de la mode cherche souvent à accentuer le côté spectaculaire de ses événements en choisissant de les organiser dans des destinations exotiques et lointaines. Concrètement, cela signifiera d’inviter aux défilés des spectateurs déjà présents dans la région où il est organisé, et qui n’auront pas à traverser la terre entière à grand renfort de kérosène pour y assister.

Défilé Jacquemus Printemps 2020 : exemple d’éco-responsabilitélés de mode

Alexandre de Betak explique avoir pris la décision de favoriser les gestes écoresponsables notamment après le défilé Printemps 2020 de Jacquemus. Bureau Betak a organisé ce fashion show fin juin 2019 dans les allées d’un champ de lavande, à Valensole. Il s’agissait de créer un moment mémorable pour fêter les 10 ans de la marque. L’effet était particulièrement saisissant. Mais selon Alexandre de Betak, le plus marquant c’est de voir à quel point l’organisation de ce défilé était « éco-responsable ».

« Ce fashion show a eu un impact minimal sur l’environnement », a-t-il récemment expliqué au magazine spécialisé Business of Fashion. Le défilé « a eu lieu en éclairage naturel, les invités étaient assis sur des chaises pliantes faciles à transporter, et ils venaient majoritairement de France, ce qui a considérablement réduit l’empreinte carbone des déplacements. Nous espérons avoir montré à d’autres marques et créateurs que l’on peut parfaitement réaliser ainsi ce genre d’événement ».